Afin de définir une couleur, il est nécessaire de la déterminer selon un référentiel précis, tel que la charte de couleurs Pantone, puis de mesurer le résultat obtenu.

Vous avez souvent besoin de nuances spécifiques qui ne font pas partie des nuances standard des gammes de coloration de TCN : CRX, GTC, GTD, TACC, PCL4…

Cette machine permet de vérifier que la couleur est bien celle que vous souhaitez pour teindre vos pièces en matière plastique comme par exemple : des pièces issues de la fabrication additive, des verres organiques CR39, des verres en polycarbonate, des montures de lunettes en acétate de cellulose…

3.1 La référence

La charte de couleurs Pantone est une référence mondiale pour la couleur. Elle est utilisée pour la spécification des couleurs dans différentes industries, dont celle du plastique. Elle attribue un numéro à chaque nuance de couleur quel que soit le type de polymère que vous ayez à teindre : TPU, PA11, PA12, PEEK…

Utiliser un numéro Pantone pour communiquer vous permet de visualiser la nuance demandée. Le numéro choisi vous assure de vous mettre d’accord avec votre interlocuteur sur la même couleur sans qu’il n’y ait de confusion.

Il existe d’autres systèmes de code couleur, comme RVB pour rouge, vert, bleu ou encore TSL pour teinte, saturation, clarté. Ces codes servent à définir une couleur en indiquant directement les proportions caractérisant sa composition.

En effet, pour créer la couleur de votre choix avec le code RVB, vous pouvez décider des quantités de couleurs primaires à mélanger en leur attribuant un nombre compris entre 0 et 255. Plus le nombre est élevé, plus l’intensité de la couleur primaire sera forte. Vous pouvez également décider de la vivacité de votre couleur grâce au code TSL.

Ces codes vous seront utiles si vous voulez obtenir une couleur spécifique car vous pourrez choisir les codes qui vous conviennent le mieux pour ensuite colorer vos pièces en impression 3D avec les technologies SLA, MJF, SLS ou autre, vos verres organiques, vos montures de lunettes, ou tout autre pièce en matière plastique.

3.2 La mesure

L’acuité visuelle la plus développée est capable de distinguer jusqu’à 200 teintes pour la même couleur et environ 300 000 couleurs différentes.

L’œil perçoit, grâce à ses photorécepteurs, le bleu, le vert et le rouge.

L’œil humain comporte deux types de photorécepteurs : les bâtonnets, qui permettent de distinguer les tons noir, gris et blanc, et les cônes, qui permettent de percevoir les couleurs.

Etant donné que les couleurs peuvent être perçues différemment selon les individus, la Commission Internationale de l’Eclairage (CIE) a défini des critères permettant de définir une couleur.

Ces critères servent à éviter tout malentendu pouvant survenir au moment de la définition de la couleur pour la coloration de vos pièces en matière plastique.

En 1976, le CIE a développé l’espace colorimétrique Lab (également connu sous le nom de CIELab), dans lequel une couleur est identifiée grâce à 3 valeurs :

  • L, c’est-à-dire la luminance, exprimée en pourcentage (de 0 pour noir à 100 pour blanc)
  • a et b, 2 gammes de couleur variant respectivement du vert au rouge et du bleu au jaune avec des valeurs allant de -120 à +120

Le mode Lab couvre donc l’entièreté du spectre visible par l’œil humain et le représente uniformément. Cela rend donc possible la description des couleurs visibles indépendamment de toute technologie graphique.

L’écart de couleur, symbolisé par « ∆E » est défini comme une mesure de différence entre 2 couleurs : ∆E = (∆L2 +∆a x 2+∆b x 2)1/2.

Le mode Lab est largement utilisé dans le secteur de la coloration industrielle. Son utilisation assure que la perception d’une couleur créée d’après ces modèles sera la même pour tous.

Illustration & Design by Helena Pallarés
Proudly powered by 3DA Solutions